Mise en oeuvre

Etalement du mortier-collesimple comme bonjour grâce à un bac-distributeur

Le mortier-colle est totalement préparé.

Il ne reste qu’à ajouter l’eau puis à le mélanger.

En faisant coulisser un bac-distributeur sur le mur, on dépose 2 bandes régulières de mortier-colle.

Ce bac-distributeur est automatiquement centré sur le mur grâce à des guides latéraux.

Un tiroir à la base du bac permet d’ouvrir le réservoir ou de le fermer lorsqu’on arrive à l’extrémité du mur.

Placement des blocs: pose sans réglage en hauteur

Grâce au calibrage très strict de la hauteur des blocs et à l’épaisseur très mince des joints de mortier-colle, les blocs ne doivent pas être réglés en hauteur, contrairement aux blocs traditionnels posés sur du mortier.

Le mortier-colle a une consistance bien onctueuse ; il s’écrase facilement et de façon constante.

Bien sûr, le premier lit de blocs doit être réglé bien de niveau pour permettre à tous les lits suivants de rester bien jointifs.

Il suffira alors de suivre la ficelle pour aligner les blocs…

Joints verticaux:

 
Petit truc pour les préparer facilement en série

Pour améliorer nettement la facilité de pose et son rendement, il est recommandé d’étaler le mortier-colle pour les joints verticaux sur plusieurs blocs, en série plutôt que bloc par bloc.

Pour cela, il suffit d’aligner sur une surface plane quelques blocs debout sur leur chant et d’étaler le mortier-colle sur les blocs côte à côte. Ces blocs ainsi encollés sont prêts à être posés sur le mur.

N.B.: Le joint de la face latérale non encollée sera assuré par le bloc encollé suivant.

Pourquoi coller les blocs ?

Résistance plus importante de la maçonnerie :

 
Les performances techniques * du mortier-colle sont nettement supérieures à celles des mortiers traditionnels. : Adhérence, résistances à la traction et à la flexion

Concrètement, les joints de mortier sont les maillons faibles d’une maçonnerie traditionnelle.

D’ailleurs, les fissurations de ce type de maçonnerie se marquent normalement au droit des joints de mortier à cause de leur décollement des blocs.

Par contre, les joints de mortier-colle ont une résistance à la traction supérieure à celle des blocs d’argex et proche de celle des blocs en béton. La maçonnerie forme alors un ensemble plus homogène.

Pour illustrer cela, nous présentons ci-dessous quelques photos représentatives des tests comparatifsque nous avons faits.

Notez que TOUS nos tests ont démontré le même résultat…

Description de l’essai :

 
Nous avons cherché à évaluer la résistance à la traction par flexion sur 2 types de maçonnerie : une avec un joint de mortier, l’autre avec un joint de mortier-colle.
Les blocs sont collés ou maçonnés par les boutisses.
L’essai consiste à charger (P) l’ensemble jusqu’à la rupture.
Les espacements entre les appuis inférieurs et supérieurs sont respectivement de 81 cm et 27 cm.

 

Montage initial:


Essai sur blocs maçonnés

Essai sur blocs collés

Assemblages:

Mortier préparé en sac vendu dans les négoces en matériaux

Mortier-colle “Collelomme”
(testé avec différentes variantes de composition)

Observations:

Les blocs d’Argex restent entiers
(pas d’arrachement de matière)

La rupture se fait au niveau des blocs d’argex.

Conclusion:


Le joint de mortier est le point faible de la maçonnerie

Le joint de mortier-colle est le point fort de la maçonnerie.

Pose très simple et rapide :

 
Ce type de maçonnerie par collage ressemble plutôt à de l’empilage de blocs qu’à du travail de maçonnerie.

En dehors du 1er lit de blocs qui doit être posé bien de niveau au mortier, cette maçonnerie à coller  ne réclame pas de compétences particulières :

 

1°  L’étalement de la colle se fait de façon extrêmement simple au moyen d’un bac-distributeur.

2°  Pas de règlage des blocs en hauteur : Les blocs se posent simplement les uns sur et contre les autres.

3°  Pas de rejointoyage des joints de mortier.

Cette maçonnerie est donc facilement accessible à du personnel peu ou pas qualifié.

Joints continus : Avantages importants

 
L’étalement du mortier-colle que nous préconisons permet la continuité des joints tant horizontaux que verticaux.

Une maçonnerie avec tous les joints fermés atteint de bien meilleures performances en :

Résistance

Le monolithisme et l’homogénéité du mur sont bien sûr améliorés lorsque tous les chants (4 faces) des blocs sont collés !

Isolation acoustique

L’indice d’affaiblissement acoustique dépend de l’étanchéité à l’air et de la masse du mur, autrement dit :
– Si des joints restent ouverts, l’isolation acoustique sera sensiblement détériorée !
– Plus le mur est lourd, plus son isolation contre les bruits aériens sera bonne (cela explique pourquoi le béton est idéal pour isoler contre les bruits).

Performance énergétique 

L’étanchéité à l’air des murs permet de ralentir les échanges thermiques.
Le rendement des ventilations à double flux (VMC) est très nettement amélioré par l’étanchéité à l’air

Précautions et recommandations

Coupure thermique à la base du mur en béton

Pour tirer le meilleur profit du système Global Construct, il y a lieu d’éviter le pont thermique à la base du mur en béton !

Plusieurs solutions sont possibles :

Placer une isolation sous le mur en béton. Cet isolant doit impérativement avoir une résistance à la compression suffisante ; à vérifier suivant la descente de charges totale au pied du mur !

N.B. : Pour information, le Périnsul de chez Foamglas est prévu pour ce genre d’application.

L’isolation du chant des hourdis et de la tête des murs de caves permet d’atténuer fortement ce pont thermique.

Protection de l’EPS graphité

 

 

 

Protection contre les rayons UV :

 
Le polystyrène (EPS) -et donc l’EPS graphité- sont sensibles à l’exposition prolongée aux UV (lumière du soleil). Certains disent qu’il peut perdre jusqu’à 1mm d’épaisseur par année en pleine exposition… Pour rappel, il reste complètement stable dans le temps à l’abri de la lumière. Par conséquent, il est nécessaire de prévoir un parement devant le l’EPS graphité (crépi ou enduit ; maçonnerie de parement).

N.B. : Avant la pose d’un enduit, il sera probablement nécessaire de poncer la surface de l’isolant pour éliminer la couche superficielle décomposée par les UV (Si vous passez la main sur les blocs en EPS graphité qui sont restés exposés au soleil pendant plusieurs mois, vous pourrez observer sur votre main un dépôt de poussière gris-bleue. C’est cette couche de poussière que le ponçage doit éliminer pour retrouver une matière intacte.)
 

Protection contre les rongeurs :

 
Contrairement à ce qu’on entend, les rongeurs ne mangent pas le polystyrène. Par contre, il peuvent le grignoter, y créer des galeries et y nidifier ! L’EPS graphité est une matière trop confortable pour eux… Ils aiment donc s’y loger !

Il y a donc lieu d’empêcher les rongeurs de pénétrer dans l’EPS graphité :

Avec un crépi ou un mortier de collage : Veiller à protéger la face inférieure de l’isolant si elle déborde de la maçonnerie.

Exemple : placer une cornière. Attention : Ne pas oublier la face supérieure du dernier lit de blocs. Nous recommandons d’enduire d’un mortier de collage la tête des murs également.

Avec une maçonnerie de parement : prévoir un treillis à fine maille dans les fentes de ventilation de la coulisse.

 

 
Bétonnage des murs


 

Caractéristiques du béton de remplissage :
  • Béton fluidifié (S4)
  • Granulométrie 2/7 ou 4/8
  • Qualité (résistance) habituelle : C25/30, sauf sollicitations particulières (à définir par votre bureau de stabilité)
Hauteur de remplissage des murs : 

Normalement, on peut remplir la hauteur totale d’un niveau (jusqu’à 2,60 m de mur, ou 13 lits de blocs).

Toutefois, si les murs peuvent être exposés aux vents forts, il est plus prudent de les bétonner par demi-niveau.
Dans ces conditions venteuses, les trumeaux (segments de murs isolés, non solidaires avec d’autres parois) sont davantage instables. Il est donc souhaitable de les étançonner pour garantir leur stabilité avant bétonnage.

Chant des hourdis

L’isolation extérieure à hauteur des hourdis ou planchers est essentielle. Les blocs isolants en EPS graphité ne peuvent donc pas être interrompus au-dessus des murs. Le lit de blocs isolants (voire 2 lits, dans certains cas) à ajouter à hauteur des hourdis servira aussi de coffrage pour le béton coulé en bordure des hourdis et/ou pour la chape de compression.

Pour maintenir en place ce lit de blocs isolants libres (non fixés aux blocs en béton), la solution la plus facile est de bien le lester avec des blocs en béton (qui serviront pour le niveau supérieur).

N.B. : Il est aussi possible de coller ces blocs avec une colle sans solvant mais cette solution est plus fastidieuse…et coûteuse.

Avant la pose du premier lit de bloc béton de l’étage supérieur, il y a lieu de couper la partie dépassante (en rouge sur le croquis ci-dessous) du bloc en EPS graphité.

! Couper les blocs isolants un peu au-dessus du niveau du plancher en tenant compte de l’épaisseur du joint de mortier qui viendra s’ajouter en-dessous du premier lit de blocs béton.

N.B. : Dans la pratique, cette coupe des blocs isolants (pour les araser avec le béton du plancher) est rarement précise.

Si les joints entre cette face recoupée et les isolants supérieurs sont trop ouverts, nous vous recommandons d’y injecter une mousse polyuréthane expansive.

Ouvertures – batées

Au droit des ouvertures, le chant des blocs en béton est coffré avant bétonnage

Batées :

Pour les murs crépis ou avec plaquettes de briques, le blocs isolant doivent déborder un peu des blocs en béton pour former les batées (+ ou- 6 cm ; à confirmer par votre fournisseur de châssis).

Avec les blocs isolant en EPS graphité de 30 cm, voire 20 cm il est possible de réaliser une entaille de façon à placer les châssis davantage vers l’extérieur.

Découpes

Si possible, laisser les blocs entiers au droit des angles.

Cela permet de solidariser les coins pour les maintenir en place lors du bétonnage.

Les découpes de 20 ou 40 cm de longueur conviennent également dans les angles.

(Ces découpes ne perturbent pas l’emboîtement des blocs isolants modulé par pas de 20 cm).

Si la longueur d’un mur de retour est inférieure à 20 cm, il y a lieu d’étançonner ce muret avant bétonnage.

 
En cas de découpes spécifiques (différentes de 20 ou 40 cm)

Pour garder des blocs isolants entiers au droit des angles :

Rappel : 

Dans les angles, il est préférable de solidariser ainsi les blocs en béton pour un bon maintien lors du bétonnage

Déplacer les découpes en avant-dernière position au plus, voire davantage encore vers la mi- longueur du mur.

 

Si une queue d’aronde du bloc en béton a été raccourcie (entourée en bleu ci-contre), l’emboîtement du bloc isolant ne sera pas possible à cet endroit

 

Il y a donc lieu de couper cet emboîtement isolant (rouge ci-contre).

(N.B. : Il serait quand même possible d’emboiter cette queue d’aronde mâle du bloc en la découpant suivant le profil de la queue d’aronde femelle du bloc béton.

Toutefois, cette découpe serait fastidieuse et ce n’est pas techniquement préjudiciable de se passer d’un emboitement.)

 

Dans le pire des exemples, comme illustré ci-contre, un deuxième emboîtement du bloc devrait aussi être coupé.

(En effet, dans cet exemple, le bloc béton raccourci perturbe également le 3ème emboitement du bloc isolant, entouré en bleu)

La partie non emboîtée serait alors fort longue !

Il serait préférable de réduire ce « porte-à-faux » en le partageant sur 2 blocs (comme ci-contre, entouré en vert).

 
Pour les portes et/ou fenêtres

 

Déplacer les découpes en bordure de l’ouverture :

N.B. : Pour les lits situés en dessous et au-dessus (linteaux) d’une ouverture, les découpes devraient de préférence être déplacées à l’aplomb de cette ouverture (entre les pointillés ci-contre).

Cela permettrait de garder un appareillage homogène, notamment pour les murs destinés à rester apparents.

Si le bloc isolant coupé en bordure de l’ouverture n’est pas emboîté, il y a lieu d’allonger ce bloc pour l’emboîter plus loin.

 

Evidemment, le bloc isolant précédent devra, lui, être raccourci (en vert sur notre croquis ci-contre).

Ce bloc raccourci aura alors une longueur de 20 cm (comme sur notre exemple ci-contre) ou de 40 cm (voir l’exemple précédent).

N.B. : Le bloc isolant raccourci de 40 cm de longueur présente l’avantage de tenir le bloc béton coupé en bordure de la fenêtre.