STEPOC 15 cm  N / A

STEPOC 40 cm N / A

STEPOC 19 cm N / A

STEPOC 55 cm  N

STEPOC 24 cm N / A

STEPOC 28 cm  R

STEPOC 30 cm N / A

N = SANS faux-joint

A = AVEC faux-joint

R = ROND (pour murs courbes)

Typologies


TYPE A
AVEC FAUX JOINT

TYPE N
SANS FAUX JOINTS

Dimensions et caractéristiques (épaisseurs, poids, béton de remplissage, etc.)
Dimensions (L/H/l)TypePoidsBéton de remplissageQté/paquetQté à dos plat/paquetQté par m²
Blocs droits
60 / 20 /15N21,0 kg75 l/m²96198,33 pces/m²
60 / 20 / 15A21,0 kg75 l/m²9619
60 / 20 / 19N23,0 kg100 l/m²7214
60 / 20 / 19A23,0 kg110 l/m²7214
60 / 20 / 24N24,0 kg150 l/m²6012
60 / 20 / 24A24,0 kg155 l/m²6020
60 / 20 / 30N26,5 kg210 l/m²4812
60 / 20 / 30A26,5 kg210 l/m²4812
60 / 20 / 40N37,5 kg270 l/m²36 /
60 / 20 / 40A35,0 kg275 l/m²36 /
36,7 / 20 / 55N31,5 kg183 l/m²
+ 127,5 l par angle et par mètre de haut
361213,64 pces/m²
Blocs « ronds » : diamètres possibles de 1,75m à l’infini !
54 / 20 / 28N28,0 kg170 l/m²48 / 9,21 pces/m²
Épaisseur de blocs à utiliser

À déterminer suivant l’application et les efforts à reprendre. L’épaisseur des blocs n’est pas forcément liée à la hauteur du mur à construire.

Exemples :
– Des blocs de 15 cm suffisent pour des murs en élévation d’habitation classique dont la hauteur est généralement de 2,60m (bétonnage en 2 phases recommandé).
– Des blocs de 19 cm peuvent convenir pour des murs coupe-feu de hauteur importante (parfois plus de 10 m de haut) à condition de ne pas être sollicités latéralement.

Vous pouvez consulter notre bureau d’études pour savoir quel type de blocs convient le mieux à votre cas spécifique.

Pour des murs de soutènement standards, épaisseurs de blocs indicatives :

– Murs de 1 m de haut : Blocs de 19 cm
– Murs de 2 m de haut : Blocs de 24 cm
– Murs de 3 m de haut : Blocs de 30 cm
– Murs de 4 m de haut : Blocs de 40 cm ou blocs de 55 cm

Ces épaisseurs sont valables pour des terrains parfaitement horizontaux et sans aucune surcharge.

Description


LES QUATRE AVANTAGES DU STEPOC®

Pose à sec

(Empilage sans mortier)
Simple et rapide

Blocs recalibrés

Précision en hauteur inégalée grâce au fraisage des surfaces de contact entre lits de blocs.

Finition soignée

Les STEPOC® peuvent rester apparents.

Ferraillage

Pose aisée, simple et correcte grâce à 4 encoches profondes.

Les applications


7 formats de blocs (1 type pour murs circulaires)

Murs armés

Murs de soutènement et/ou de quai, piscines, réservoirs, citernes, stockage, silos, fumières, caves et cages d’ascenseur

Murs non-armés

Caves (le plus souvent non armées), murs en élévation, murs coupe-feu et murs de construction divers

Documents techniques à télécharger


Fiches techniques

Pour toutes demandes de fiches techniques, contactez-nous

FAQ : STEPOC®


Peut-on prendre en compte les parois des blocs Stepoc® dans le calcul de dimensionnement d’un mur ?

Les blocs Stepoc® sont normalement considérés comme étant des coffrages perdus. Par conséquent, les calculs de dimensionnement de murs en Stepoc® prennent en compte uniquement le voile intérieur formé par le béton de remplissage. Dans la pratique, on néglige donc les 2 parois extérieures d’environ 35 mm d’épaisseur. Par exemple, des blocs Stepoc® de 30 cm d’épaisseur permettent de couler un voile de 23 cm d’épaisseur.

Pour information, certains bureaux d’étude prennent en compte une des 2 parois dans leurs calculs, la paroi comprimée en l’occurrence.
Toutefois cette hypothèse est contestée par d’autres bureaux de stabilité car les blocs ne sont pas maçonnés mais simplement posés les uns sur les autres.  Le contact entre les parois ne serait donc pas intime mais se ferait plutôt par contacts ponctuels…

En résumé, l’option la plus prudente est de négliger les parois de blocs comme expliqué plus haut, tout en sachant que ces parois participent quand même au travail en flexion du mur.

Quelle est la résistance des blocs Stepoc® ?

Les blocs Stepoc® doivent résister à la pression du béton fluidifié, coulé sur la hauteur d’un étage…
La résistance du béton qui compose les blocs Stepoc®  est supérieure à 30 N/mm². Ce béton est nettement plus riche en ciment que celui de blocs ordinaires de maçonnerie, sans compter les adjuvants  qui améliorent la résistance des Stepoc® contre l’éclatement.

Faut-il armer mes murs de caves ?

Oui dans les cas suivants :

Poussées de remblais importante

  • Surcharge importante sur le terre-plein en bordure des murs (voirie ou parking)
  • Hauteur importante de retenue de remblais (en général, supérieure à 2,2 m utile)

Sol peu homogène ou pas suffisamment portant (risques de tassements différentiels

Caves non compartimentées (absence de murs de refend intérieurs

Maison en bois : la descente de charges sur les murs de caves est forcément moindre avec ce genre de structure légère.

Pour compenser ce déficit de poids stabilisateur, on arme en général  les murs de caves en les reliant avec la dalle de sol (radier).

Puis-je préparer moi-même le béton de remplissage, à la bétonnière ?

Le béton mixé par vos soins n’est pas recommandé pour 3 raisons :

Au niveau du prix :  le seul coût des matières premières (sable, concassés et ciment) est proche du béton préparé… Il y a donc très peu à gagner en préparant soi-même le béton. Si vous devez imputer des coûts de main d’œuvre, il est plus que probable que ce béton vous coûte bien plus cher que le béton amené par mixer…

Au niveau de la qualité du béton : le dosage manuel (en eau, en ciment) dans  une bétonnière n’est jamais comme il devrait être ; cela au détriment de la qualité du béton…

Au niveau de la qualité du remplissage : le délai relativement long entre les déversements des mélanges de béton compromet l’homogénéité et la qualité du remplissage.
Concrètement, en tombant le béton des premiers mélanges s’agglomère sur les parois transversales des blocs ou autour des armatures ; ce qui risque de bouchonner progressivement des compartiments de murs…
Si on limite la hauteur de remplissage pour éviter ce phénomène, les remplissages successifs vont engendrer autant de joints de reprise dans le mur…

Sauf pour celui qui n’accorde pas d’importance à la quantité de travail, on peut encore ajouter une 4èmeraison de ne pas faire le béton soi-même : la pénibilité du travail et le temps nécessaire pour préparer le béton et pour l’amener dans le mur !…

Pour ceux qui seraient obligés, pour une raison quelconque, de préparer eux-mêmes le béton de remplissage, vous pouvez prendre en compte le dosage suivant pour faire un béton à 350 kg de ciment :

1 sac de ciment de 25 kg

1 brouette de 80 l légèrement moins remplie que à ras (70 à 75 l), dont :

  • 45 l de concassés 4/8
  • 30 l de sable du rhin 0/2

10 à 12 l (1 seau) d’eau suivant le degré d’humidité du sable

+ ½ tasse de fluidifiant

Types de charges possibles


Charges standards

Charges particulières

Stabilité à contrôler

Charges standards

Les charges standards ne nécessitent pas de vérification technique

Type de MurDescription des Charges standards
Mur de Soutènement
ou
Mur de Quai
Terre-plein horizontal
(pas de pente de talus en bordure du sommet du mur)

Surcharge admissible sur le terre-plein en bordure du sommet du mur :
Charge à l'essieu jusqu'à 2 Tonnes
StockageStockage maximum de matières en vrac, telles que :
concassés ou graviers, sables non mouillés, céréales, charbon, compost, ...
Mur de siloEnsilage + tassement avec machine agricole habituelle
Charges particulières

Pour les types de charges décrits ci-dessus, veuillez nous consulter.

Nous devrons faire une vérification technique pour déterminer si les éléments standards peuvent convenir ou s’il y a lieu de prévoir des éléments spéciaux.

Suivant votre cas spécifique, il est peut-être nécessaire d’adapter les épaisseurs, la longueur du pied des éléments et/ou leurs armatures.

Types de Charges
nécessitant une vérification technique
Données à préciser
à notre Bureau d'Etudes
Si Talus :Hauteur H de l'élément L ?

Hauteur non-remblayée B en tête du mur ?

Angle de talus ?

Recul R du pied de talus par rapport au mur ?
Si Surcharge Hauteur H de l'élément L ?

Type de Surcharge S ?
Véhicule ? (Voiture, tracteur, camion léger ou lourd,... ) ou
Charge permanente ? (Stock, construction,... )

Hauteur non-remblayée B en tête du mur ?

Recul R de la surcharge par rapport au mur ?
Stabilité à contrôler

Si le pied du L est tourné du côté opposé à la charge à retenir
N.B. : Les éléments représentés ci-dessous sont spéciaux, avec des armatures hors-standards

 Données à préciser à notre Bureau d'Etudes
Si Poussée contre le "dos" du L :Possibilité de disposer d'une partie de semelle de fondation T sous la charge à retenir ?

Présence d'une butée Bu du côté opposé à la charge à retenir ?

Présence d'une charge permanente P sur le pied ? De quel poids ?

Blocs de maçonnerie en béton et argex

Nous fabriquons une large gamme de blocs de maçonnerie traditionnelle disponible uniquement via nos revendeurs matériaux.

FINITION ET PRÉCISION

La réputation de nos blocs n’est plus à faire ! Ceux-ci se distinguent par leur finition soignée et leur dimensions précises.

CLASSE DE RÉSISTANCE

Nos blocs conviennent pour les nouvelles constructions, pour les rénovations ainsi que pour les projets techniques et architecturaux complexes.  En effet, notre gamme de blocs en béton sont disponibles dans des classes de résistance allant de F6 à F25, tandis que les blocs en Argex vont de F3 à F8. Consultez notre tableau des dimensions, pour connaitre les disponibilités.

LABEL CE ET CERTIFICATION BENOR

Nos blocs sont certifiés CE2+ et BENOR, ce qui nous permet de vous garantir une qualité constante de nos produits. Consultez notre tableau des dimensions pour plus de détails.

Blocs d’argex GRANDS FORMATS

Nous proposons ces grands modules pour permettre un meilleur rendement avec une longueur de 60 cm x Hauteur de 25 cm. (Seulement 6,4 blocs par m² au lieu de 12,5 blocs par m² avec le format standard 39 x 19 cm).

TOPARGEX

100 % d’Argex, en dehors du ciment et du sable (aucun granulats de pierre, ni de béton recyclé) d’où des blocs légers pour permettre une pose aisée.

Classe de résistance F4

Soit une résistance à la compression de minimum 40 kg/cm² (Résistance moyenne calculée sur la surface totale du bloc, y compris les parties creuses des blocs).

Blocs à Maçonner ou Blocs fraisés à COLLER

Système exclusif : Calibrage de la hauteur par fraisage (Précision de la hauteur = +/- 0,2 mm !)

Documents techniques à télécharger


News

No Results Found

The page you requested could not be found. Try refining your search, or use the navigation above to locate the post.

Informations sur les matériaux

Blocs de coffrage en BETON

Dimensions : 60/20/20 (L/H/l)
soit 8,33 blocs/m²

Béton de remplissage : 100 l/m²

Blocs recalibrés après moulage: Précision en hauteur +/- 0,4 mm

Précision en hauteur inégalée grâce au fraisage des surface de contact entre lits de blocs.
Si le premier lit est bien de niveau, les joints horizontaux restent réguliers et plans jusqu’au dernier lit.

Finition soignée

Les blocs sont pourvus de faux joints et peuvent rester apparents
Les blocs sont pourvus de 2 encoches pour la pose éventuelle d’armatures ou de tuyaux horizontaux. (jusque 18 mm extérieur)

Blocs d’isolation en EPS graphité*

Dimensions : 60 x 20 cm (L x H) ; soit 8,33 blocs/m²
Épaisseurs : 20 ou 30 cm

* Polystyrène expansé amélioré par ajout de minuscules réflecteurs de graphite qui piègent la majeure partie du rayonnement thermique.

Description :


Matériau : Le polystyrène expansé (EPS) amélioré par ajout de minuscules réflecteurs de graphite qui piègent la majeure partie du rayonnement thermique.

 

N.B. : Les concepteurs de la station polaire Princess Elisabeth Antartica (la première station de recherche avec “Zero emission” de CO2) ont choisi le Neopor qui est un EPS graphité comme matériau d’isolation.

 

Densité : 20 g/l (densité garantie à 10% près)

Précision : Bloc moulé par injection ; tolérances dimensionnelles réduites. Blocs en EPS graphité un peu plus grands que les blocs en béton pour assurer un bon serrage entre eux.

Face apparente : Profil strié pour améliorer l’adhérence des enduits éventuels.

 

Qualités de l’EPS graphité


Performant

Coefficient de conductivité thermique Lambda = 0,031 W/mK

Comparativement, valeurs Lambda des autres matériaux isolants courants :

Polystyrène (EPS) :  = 0,035 W/mK
(soit 13% en plus que l’EPS graphité expansé pour une isolation équivalente)

Polystyrène extrudé (XPS) : = 0,032 à 0,038 W/mK

Béton cellulaire : = 0,10 à 0,12 W/mK
(soit 325 % en plus que l’EPS graphité expansé pour une isolation équivalente !…)

Laine de verre ou de roche : = 0,035 à 0,041 W/mK

Polyuréthane (PU) : = 0,023 W/mK

 

Durable

Inerte et indéformable. L’EPS graphité résiste au vieillissement et à la décomposition.

N.B. : L’EPS graphité craint uniquement les UV en exposition prolongée mais reste complètement stable dans le temps à l’abri de la lumière.

 

Maniement

L’isolation en EPS graphité peut être posée par n’importe quel temps.

Il est facile à couper et à poncer.

Il n’aveugle pas lors de la pose par temps ensoleillé.

Il ne dégage pas de poussière et ne provoque pas d’irritation cutanée lors de sa manipulation.

 

Isolant à cellules ouvertes

Il permet donc une bonne diffusion de la vapeur d’eau.
Nous consacrons ailleurs un chapitre entier sur ce sujet important.

 

Ecologique

L’EPS graphité ne contient aucune matière toxique, il est exempt de CFC, de HCFC, de HFC et autres gaz d’expansion halogénés.
Il est biologiquement neutre : 98% d’air + 2% de polystyrène expansé.

La preuve de la non-toxicité du polystyrène est son utilisation courante en biologie ou en emballages alimentaires.

100 % recyclable

 

Ecoefficience et énergie grise


 

Ecoefficience

L’ecoefficience consiste à évaluer simultanément les coûts et les impacts sur l’environnement (soit la consommation en matériau et en énergie ainsi que le potentiel d’économie).

Le graphique ci-dessous compare l’écoefficience de l’EPS graphité par rapport à à des alternatives comme le Styropor et la laine de roche.

Les résultats sont répartis dans un diagramme à 4 quadrants.
Les coûts sont représentés sur l’axe x, les impacts sur l’environnement sur l’axe y.
Lorsque les coûts sont faibles, le produit se trouve à droite.
Lorsque l’impact environnemental est faible, le produit se situe dans la partie supérieure du diagramme.
C’est le cas de l’EPS graphité.

(Ce comparatif a été établi dans le cadre d’une analyse de l’ecoefficience de systèmes d’isolation thermique par l’extérieur sur l’exemple de la “maison à 3 litres” du quartier Brunckviertel à Ludwigshafen en 2000, confirmé par l’Öko-Institut de Fribourg et par le TÜV.)

 

Energie grise

Pour évaluer honnêtement un matériau isolant, il faudrait faire son bilan carbone complet et pas seulement évaluer son énergie grise.

En effet, le bilan carbone d’un matériau d’isolation doit intégrer son énergie grise (énergie nécessaire à sa fabrication, son transport, sa mise en oeuvre et à son élimination ou recyclage) mais également son potentiel d’économie d’énergie ; autrement dit, la quantité totale d’énergie de chauffage économisée grâce à son utilisation.
Pour cela, il faut évaluer le cycle de vie entier de cet isolant et donc tenir compte de sa durabilité…

Malheureusement, nous ne disposons pas de résultat d’une étude comparative qui évalue les matériaux isolants de cette façon globale.
Toutefois, nous pouvons affirmer une chose : si l’EPS graphité a une énergie grise plus importante que les isolants tels que les fibres de lin ou de chanvre, la cellulose de bois ou la laine de mouton, la durée de vie de l’EPS graphité sera nettement plus importante que celle de ces matériaux organiques, et en tout cas pas limitée à seulement une génération… (Par exemple, la durée de vie de la ouate de cellulose est estimée à environ 30 ans, avec entre-temps un risque de tassement, de dégradation de l’isolation par l’humidité voire de putréfaction…)

Par ailleurs, une évaluation globale devrait tenir compte du fait que la résistance thermique de l’EPS graphité est meilleure que celle de ces isolants naturels.
Or, l’énergie grise exprimée en kWh par m³ du matériau n’en tient pas compte. Pourtant, à isolation égale, il faut moins d’épaisseur – donc moins de volume – d’un matériau avec une meilleure résistance thermique…

Le bilan carbone de l’EPS graphité est en tout cas largement positif même s’il n’a pas été chiffré de façon spécifique.

Notice d’utilisation

COLLELOMME : Pour blocs fraisés en béton et/ou en argex


Domaine d’application et caractéristiques de la COLLELOMME :

Pour maçonneries à joints très minces de blocs en béton ou en argex calibrés par fraisage, pour l’intérieur comme pour l’extérieur. Collelomme est un mortier-colle sec prémélangé pour coller des blocs de béton appartenant à la classe de résistance M15 (CE selon la norme NBN EN 9982). Grâce à sa composition unique, Collelomme garantit une excellente adhérence et une rétention d’eau très élevée.

Préparation du support :

Lors de leur mise en œuvre, les blocs ne peuvent pas être saturés d’eau. Leur surface doit également être exempte de poussière. Pendant le collage, la température ambiante doit être comprise entre 5°C et 30°C. Ne jamais appliquer sur des supports gelés, en cours de dégel ou en cas de risques de gel dans les 24 heures. Protégez les joints frais du froid, de la pluie battante et du vent.

Préparation du mélange :

– Mélangez COLLELOMME avec +/- 23% d’eau claire (soit +/- 6,0 litres d’eau par sac de 25 kg ou 1,2 litres d’eau par 5 kg de Collelomme. ! Respectez au mieux la quantité d’eau prescrite.
– Mélangez de préférence par quantités réduites, suivant la rapidité d’utilisation du mélange,
par exemple 5 kg de mortier-colle à la fois.
– Bien mélanger avec un malaxeur mécanique adapté, jusqu’à lobtention d’une “pâte” bien homogène, sans grumeaux. Laisser reposer le mélange pendant quelques minutes avant de mélanger à nouveau légèrement.
– Délai d’utilisation du mélange : maximum 3 heures. Une fois la prise du mortier-colle entamée, il ne pourra plus être ni remalaxé, ni réemployé.
– Consommations de colle estimatives (par m² de mur) :

Epaisseur des blocsPetits formats
(39,0 x 19,8 cm)
Grands formats
(60,0 x 25,8 cm)
9 cm3,5 à 4,0 kg/m²2,5 à 3,0 kg:m²
14 cm4,0 à 4,5 kg/m²2,7 à 3,2 kg/m²
19 cm4,5 à 5,0 kg/m²3,0 à 3,5 kg/m²
24 cm4,7 à 5,2 kg/m²/
29 cm5,0 à 5,5 kg/m²/

Mise en oeuvre :

– Le 1er lit de blocs doit être réglé rigoureusement de niveau, au mortier.
– Pour les lits suivants, encoller les blocs avec un bac-distrtibuteur adapté à la largeur des blocs.
– Etendre le mortier-colle sur une longueur adaptée de façon à placer dessus les blocs endéans le temps d’ouverture de maximum 7 minutes.
Veillez donc à éviter la déssication du mortier-colle, en particulier par tempschaud et venteux.
– Aux endroits où le bac-distributeur ne peut accéder (angles, croisements entre murs,…) le mortier-colle devra être étendu à la truelle.
– Retourner les blocs avant de les présenter au-dessus du mur (vider ainsi les petits dépôts de poussières et de grenailles qui restent dans le fond des blocs).
N.B. : Si ces petits dépôts devaient tomber sur le mortier-colle, ils empêcheraient les blocs d’être bien jointifs. La pose des blocs à joints très minces serait donc faussée !…
– Pose des blocs :
– Presser d’abord le joint vertical (appuyer le bloc contre le précédent tout en le faisant bouger légèrement de haut en bas pour écraser ce mortier-colle vertical) avant de déposer le bloc sur le mortier-colle horizontal étendu sur le lit inférieur.
Presser ensuite légèrement le bloc verticalement à l’aide d’un maillet ou avec le manche d’un outil.
– La mise à l’aplomb du bloc placé dans l’angle peut être corrigé après la pose de 3 ou 4 blocs de part et d’autre de l’angle. A l’aide d’un maillet en caoutchouc, ces blocs pourront alors glisser un peu pour ajuster l’aplomb au droit de l’angle.
– Régler l’alignement des blocs en suivant la ficelle.
– Pour ne pas laisser de traces sur lers blocs, les bavures du mortier-colle devront être raclés à la truelle après avoir commencé à durcir.

Stockage :

Stocké dans son emballage d’origine et au sec, le mortier-colle Collelomme se conserve 12 mois.